VOL RETARDÉ

En cas de vol retardé, l’indemnisation prévue peut être longue et pénible à réclamer. Malgré les différentes législations, les compagnies aériennes tardent à indemniser les passagers en cas de retard conséquent. Par ailleurs, si vous n’en faites pas la demande, n’espérez pas une quelconque indemnisation automatique de la part des transporteurs.

VOL RETARDÉ

En cas de vol retardé, l’indemnisation prévue peut être longue et pénible à réclamer. Malgré les différentes législations, les compagnies aériennes tardent à indemniser les passagers en cas de retard conséquent. Par ailleurs, si vous n’en faites pas la demande, n’espérez pas une quelconque indemnisation automatique de la part des transporteurs.

Réclamation et indemnisation pour retard de vol

Ce que dit la loi


Pour les vols internes au Canada désservies par une compagnie canadienne, rien n’oblige encore les transporteurs à dédommager les passagers. Les compagnies ne le font généralement pas et se contentent d’offrir un coupon repas aux passagers par exemple. Chaque litige est donc traité au cas par cas.

En cas de retard de vol en provenance ou en direction des États-Unis ou d’Europe, la ligne aérienne a l’obligation de se conformer aux réglementations en vigueur dans ces pays.

Pour une liaison interne au Canada, c’est plus compliqué.

Que dit la loi en Europe et aux États-Unis ?


« Pour tous les vols au départ de l’Union européenne, le règlement (CE) 261/2004 prévoit que pour tout retard de plus de trois heures, une indemnité allant jusqu’à 600 euros (près de 900 $) soit versée à chaque passager lésé. Il en est de même pour tous les vols au départ d’une ville qui n’est pas sur le territoire de l’Union européenne lorsque la destination est une ville située sur le territoire de l’Union européenne et que le vol est effectué par un transporteur ayant son siège social sur le territoire de l’Union européenne. »

Le montant du dédommagement est calculé en fonction de la distance de votre vol ainsi que de la durée du retard. La réglementation s’applique à tous les transporteurs aériens en départ de l’Union européenne. Pour les arrivées en Union européenne, les transporteurs de l’Union européenne doivent dédommager.

Le règlement exige aussi qu’un document écrit, expliquant les montants des compensations, soit remis aux voyageurs en cas de retard de plus de deux heures.

Aux États-Unis, la loi de 2009 indique que seules les surréservations sont éligibles à une indemnisation.

Vol retardé : réclamation, comment procéder ?

Le recours à un spécialiste est d’une aide précieuse pour les passagers qui éprouvent des difficultés à se lancer dans les démarches administratives ou qui n’ont simplement pas envie de perdre du temps.

Un exemple concret

Après un séjour à Londres, vous attendez huit heures à l’aéroport avant le décollage du vol. En compensation, la compagnie vous offre généreusement un crédit de 100 $ sur votre prochain billet. De retour au Canada, vous apprenez que la législation vous autorisait en fait à réclamer et à percevoir une compensation de 600 euros, soit près de 900 $… Que faire ? Vers qui se tourner ? Est-ce trop tard ?

Ne faites pas comme 98 % des voyageurs…

Réclamez !

La plupart des compagnies tenteront d’échapper le plus possible à l’application de la loi en offrant des crédits voyage ou en invoquant des circonstances exceptionnelles.

Pour être certain d’obtenir la compensation qui vous est due selon la loi tout en sauvant temps, argent et énergie, faites confiance à volenretard.ca.

Bon à savoir


Une charte des voyageurs existe en Europe depuis 2005 et aux États-Unis depuis 2009. Ce type d’accord n’est pas encore en place au Canada, ce qui signifie que les transporteurs aériens sont libres de suivre leurs règles dans le cadre des Droits des voyageurs aériens au Canada établis depuis 2008.

Ce qu’ils en pensent

close-link
close-link